70_ANS_RN_WEB_1

Mon Blog perso de 2019 et 2020


3 janvier 2020

Meilleurs voeux à tous pour l'année 2020 qui vient juste de commencer.

Sur le plan personnel, mes livres "marchent" bien, le "Bourges sous la batte allemande" se vend bien à La Poterne, et je viens de terminer le second volume des Enigmes de Bourges. Il est en correction chez ma petite Fille Selma, une grande lectrice, elle a lu plus de 60 ouvrages cette année et elle a 17 ans !

Aussi, avec l'auto-édition de Lulu, je me suis lancé à reprendre les Alchimistes à Bourges qui date de 2009 aux éditions CPE et ne fut jamais réédité.

Je reprend donc l'ouvrage avec des compléments et des mises à jour. J'en profite pour régler quelques comptes avec des élus ou avec l'auteur de l'Hôtel Lallemant paru l'an dernier et qui affirme qu'il n'y a jamais eu d'ésotérisme ou d'alchimie dans cette demeure philosophale.

" Cet ouvrage de M. Saillant est avant tout un livre d'images, agrémenté d'un texte très documenté sur les livres d'Heures, mais totalement engagé dans un dogmatisme d'un autre temps. Comme dirait madame Michu, avec son bon sens berrichon, "encore un livre plein de sottises, et je suis gentille". Il développe une interprétation que l'on connait depuis des siècles, mais sans apporter le moindre argument, et les explications sur les caissons sont du plus haut comique".

Lorsque l'on a aucune connaissance de l'ésotérisme dans le temps, on n'affirme pas de manière péremptoire des théories aussi fumeuses que l'amour du chanoine Etienne pour sa belle, et qui est mise en scène dans les 30 caissons de l'oratoire".

L'honnêteté intellectuelle aurait été de donner une interprétation, pour faire réfléchir le lecteur et de signaler que d'autres théories sur l'hôtel Lallemant existent, en particulier des milieux alchimiques mais en ajoutant bien entendu un "je n'y souscrit pas". Dénigrer au nom de l'orthodoxie patrimoniale tout un courant de pensée, de Jahir Ibn Hayyân à Jules Violle en passant par Paracelce, Newton et Kepler montre un esprit rétrograde.


16 décembre 2019

Fin d'année difficile au niveau national, il y avait eu les gilets jaunes en début d'année, et on termine avec les grèves de la SNCF et RATP.

Pas simple de gérer et de gouverner notre pays, mais les hommes politiques au pouvoir ne sont pas très bons. On a l'impression qu'ils ne comprennent rien et avec cette notion du "nouveau monde" ils amusent les anciens que nous sommes !

D'abord lorsque j'entends sur les retraites que c'était dans le programme du Président Macron et que les français ont plébiscité ce programme ? Les bras m'en tombent, car beaucoup ont voté, comme moi, contre Marine Le Pen, alors que je savais que le programme de M. Macron avait un paragraphe très défavorable aux retraités, et c'est bien ce qui est arrivé.

Sur les retraites, le système par points, utilisé par nos caisses de retraites cadres depuis des lustres est bon, et nos pensions actuelles, très bonnes, en sont la preuve.

Mais sur les modalités du passage, il faut laisser du temps au temps. Je me souviens lorsque Nord Aviation est passé SNIAS puis Aérospatiale, les anciens salariés issus de Nord Aviation ont conservé des avantages dans les accords sociétés, que n'avaient pas ceux issus de Sud-Aviation et vice-versa. Cela n'a pas posé de problème et les nouveaux entrants avaient eux le statut  SNIAS, ils le savaient et signaient en conséquence leur contrat de travail.

C'est ce qu'il fallait faire avec la SNCF et RATP, avec un système "en sifflet" et d'une amplitude faible de mois en mois ou d'année en année.

Pourquoi M. Macron est-il entouré de petits génies issus de l'ENA ou équivalents et non pas de quelques "moustachus" plus âgés et plein de bon sens pour avoir été sur le terrain quelques décennies.

En attendant bonnes fêtes de fin d 'année.

17 novembre 2019

Mon dernier livre Bourges sur la botte allemande marche bien, j'en suis à 100 exemplaires vendus à La Poterne, alors qu'il n'y a eu aucune publicité et rien dans le Berry Républicain !


9 novembre 2019

Juste pour dire que le mois d'octobre fut difficile avec les Diseurs du Berry et les 5 visites théâtralisées sur Panette, nous avons fait le plein, un grand merci à Bruno et Laurence, avec une période délicate pour eux. 

Puis ce furent les 20 ans des Amis de Jacques Coeur, ce fut intéressant et les adhérents ont joué le jeu. On doit regretter la faible couverture médiatique locale. L'association de Marie France aurait mérité quelques articles. Fort heureusement les réseaux sociaux étaient présents.

Sur ces réseau et Facebook, il y a beaucoup à dire, cela devient en même temps un super moyen de communication et malheureusement une poubelle, où l'on trouve les aigris, les malades, les pervers, bref toute une faune qui s'exprime et peut dire n'importe quoi.

Il y a un demi siècle, un individu un peu dégoûté, désabusé ou marginalisé voulait s'exprimer, il allait au café du coin et là, il pouvait déverser sa bile et sa mauvaise humeur devant quelques clients, il pouvait proférer des insanités, ou s'en prendre au maire, à son patron ou à sa femme, et cela ne concernait que quelques 5 ou 6 personnes qui écoutaient poliment ou le contredisait avec un certain plaisir.

Nous étions au café du commerce et c'était tout.
Aujourd'hui, ce même "idiot du village" en utilisant les réseaux sociaux peut faire la même chose et s'adresser à des centaines ou des milliers de personnes, proférer des énormités et des fausses informations (les "fake news") .
Et souvent, plus c'est gros, plus ça passe, c'est le temps du populisme dont l'histoire au XX ieme siècle a produit les pires catastrophes.

6 octobre 

Début octobre, j'ai fait paraître cet ouvrage sur lequel je travaille depuis plus de 3 ans et qui s'intitule : "Bourges sous la botte allemande d'Edmond Jongleux" et qui est passionnant par les informations qu'il apporte sur les 4 ans de l'Occupation à Bourges.

Sur un autre plan, je suis sur l'animation des Diseurs du Berry avec 5 visites théâtralisées concernant l'Histoire de l'Hôtel de Panette.

Et puis à partir du 21 octobre, ce sont les 20 ans de l'Association des Amis de Jacques Coeur dont la présidente est Marie France Narboux, et j'assure pour ma part le secrétariat informatique et la logistique.

Les municipales se mettent en place avec les listes qui se forment, c'est encore un peu touffu, mais on s'oriente vers un duel Blanc - Galut au second tour, sachant que Bourges est et reste autour de 50/50, Sans doute avec un léger avantage au maire de Bourges si il sait écarter de sa liste quelques éléments qui ont plombé le début de son mandat.

Au niveau national je retiens juste ce drame à Paris avec, dans le service des Renseignements, ce fonctionnaire de l'informatique qui poignarde 4 de ses collègues.

Pas simple de déterminer que telle personne dans un service est dangereux, mais tout de même, il était "Secret Défense", ce que j'ai été durant de très nombreuses années, à l'époque où il y avait "les renseignements généraux"... et je suis effaré de ce que j'ai lu ou entendu. Cet homme proférait des mots sur les attentats passés, et puis il refusait de serrer les mains des femmes, rien que ce fait aurait dû alerter sa hiérarchie. C'est une faute grave, une forme de laxisme à de nombreux niveaux dans les administrations publiques ou à l'Education nationale.

Il faut accentuer  la prise en compte par tous de la laïcité, bien comprise et bien appliquée.

1 er septembre 

Ces dernières semaines ont été fort agréables pour celui qui aime et supporte la chaleur, mais la situation de Bourges, de la France et de la planète ne peut que nous inquiéter.
Il y a des faits incontestables, nous sommes dans une période de réchauffement climatique, c'est nous ou non, mais c'est pas la question.
Ce qui me semble important, c'est de chercher et réaliser aujourd'hui ce dont nous avons besoin. Á mon sens tout est dans la recherche.
Ce sont les constructions en bordure de mer à proscrire, c'est l'eau dans des zones comme,le Berry, ce sont les arbres à planter massivement mais demandant peu d'eau, ce sont de nouvelles cultures, une nouvelle agriculture.
Nous devons réagir, mais de manière ordonnée et scientifique, en utilisant ce qui est possible, c'est le début du dessalement de l'eau de mer, c'est l'utilisation optimale du soleil, c'est aussi la recherche pour stocker de manière massive l'énergie ce que nous ne savons pas faire.
Le monde politique est il capable de lancer ces pistes, je ne le crois pas, il y a trop d'intérêts divergents entre les utopistes et les réalistes, et comme il y a des Elections chaque année, rien n'est simple.
Je change de sujet, l'autre jour à Carrefour Market, j'étais avec un de mes petits enfants pour faire les courses, et nous sommes tombé sur une boîte de maïs, qui coûtait 0,6 euros, et á côté, une boîte identique de même capacité,,marquée bio et coûtant 1,3 euros.... Plus du double.
Je suis sceptique sur la différence entre ces deux boîtes, mais très convaincu qu'il y a une grosse arnaque de la part des grandes surfaces et des bobos parisiens qui nous demandent de manger bio, sans viande, bref, les médias nous culpabilisent en continu.
Et certains tirent les ficelles.

1 er août 2019

Je suis allé passer une semaine dans le Lubéron en juillet, à proximité d'Avignon, ce qui m'a permis de voir un petit peu ce Festival d'Avignon, c'est grandiose, tant par les spectacles en tout genre que par l'animation de rues et par la foule, il dure 3 semaines. Notre Printemps de Bourges fait figure de fête de village !

Nuits Lumière nouvelles, c'est un beau succès populaire, les gens, malgré la canicule se sont déplacés en masse et ont apprécié ce nouveau spectacle de vidéo mapping.

Mais le point critique, ce fut la (ou les 2 canicules) avec 43 ° sur ma terrasse à l'ombre, du rarement vu, et en prime la sécheresse. Il y a du soucis à se faire.

Grosse satisfaction avec les visites théâtralisées des Diseurs du Berry, une belle réussite en juillet et des Diseurs très offensifs, amoureux de leur ville de Bourges.

Je signale que mon dernier ouvrage "Les Grande énigmes de Bourges", saison 1 est en vente à prix coûtant (12 euros) dans les librairies, La Poterne, Point Virgule, Procure et l'Office de Tourisme de Bourges;

Personnellement, je viens d'éditer le livre "Bourges sous la botte allemande d'Edmond Jongleux, sur lequel je travaille depuis 3 ans, le résultat de mon point de vue est bon. Il sera en librairie vers la fin de l'année.

4 juillet 2019

J'ai été consterné par le Conseil Municipal de juin, cette bataille entre les deux hommes élus sur la même liste qui se déchirent, c'est terrible.
Normalement, si il y a 3 listes de droite ou centre droit et 2 listes à gauche, c'est Yann Galut qui sera le prochain maire de Bourges. Tout simplement parce que la,gauche sait se rassembler au second tour, et la droite le fait plus maladroitement.
La guerre Blanc - Mousny laissera des traces au second tour, c'est 1977, mais pour beaucoup d'électeurs, j'attends le programme des uns et des autres,
Apres 18 ans de droite (Boisdé) , 18 ans de gauche ( Rimbault /Sandrier) et 25 ans de droite (Lepeltier / Blanc) un maire de gauche ou centre gauche ne serait pas illogique...

Sur les Nuits Lumière nouvelles, c'est la mention bien.
Avec quelques meilleures connaissances de Bourges et un peu de jugeote, on aurait pu donner du très bien, mais je m'expliquerai plus tard. En tout cas, les gens sont satisfaits, on leur a rendu les Nuits Lumière, et le circuit avec les lanternes bleues, magnifique parcours, c'est l'âme de notre cité.

Je dois dire que le maire Pascal Blanc sauvé les Nuits Lumières qui s'étaient embourbées l'an dernier dans des travers dangereux, même si il a traité certains d'entre nous de grincheux, sauf que nous avions raison.Cela me rappelle Laudier qui a imposé les Prés-Fichaux contre la grosse majorité de son conseil municipal.

La foule venue en masse dans les premières soirées, même avec la chaleur et quelques problèmes techniques à plébiscité ces nouvelles Nuits Lumière, c'est le signe de l'osmose des Berruyers avec ce concept qui était novateur il y a 20 ans, et aujourd'hui, on est revenu à un bon niveau, nous sommes dans la moyenne.


28 juin 2019

C'est la canicule, et hier après midi, sur ma terrasse à l'ombre j'avais 40,8 degrés, le record précédent il y a 2 ans était de 39,6 °.

Nous ne devons pas être trop surpris, cela fait 20 ans, et plus particulièrement après la canicule de 2003 que je dis avec d'autres, c'est le futur qui nous attend. Un dérèglement climatique, des petites tornades, des sécheresses, des canicules, et ce que nous pouvons faire pour la planète me semble ridicule.

Nous représentons 1% des gaz à effet de serre, alors si je change mon mode de vie, ce qui serait souhaitable, et que les Américains continuent avec le gaz de schiste et les Chinois avec le charbon, alors mes efforts ne servent à rien, sinon a me donner bonne conscience, mais en terme d'efficacité, c'est nul.

Ne rien faire ? Non surtout pas mais chercher tous les moyens technique pour avoir de l'eau (et dessaler par exemple l'eau de mer), une répartition du territoire différente en arrêtant les grosses métropoles et mettre les "usines à la campagne", l'exemple de Seco Tool à Bourges me semble exemplaire.

Pour les transports, faire travailler nos ingénieurs sur les transports moins polluants pour améliorer la qualité de l'air.

Et puis relancer des centrales nucléaires, car Jean Louis Etienne affirmait l'autre jour que pour faire tourner les transports en commun de Parsi, il faudrait 700 éoliennes !



19 juin 2019

Je viens de reprendre ce blog, pour 2019, avec un site perso orange et en supprimant le site précédent. Je n'avais pas vu que depuis des années, ce sont près de 380 pages (format A4) que j'avais écrit au jour le jour depuis le 1 er janvier 2007, cela fait donc pendant 18 ans sur les sujets les plus divers, mais concernant assez souvent Bourges.

Je vais poursuivre avec ce blog, plus concis, donnant une courte biographie et les livres que j'écris, les conférences et les visites guidées ou théâtralisées.



1 juin 2019

Les élections européennes sont terminée avec une montée de l'ex Front national; et à Bourges, sur la commune c'est l'équipe Macron qui est en tête, ce qui est une bonne chose, sachant que l’extrême droite n'a jamais percé à Bourges. Pourquoi ? sans doute la crainte berrichonne des extrêmes, le fait que ce soit une ville moyenne, avec un marché de l'emploi assez stable, sans grosse surprise. 


16 mai 2019 Une conférence des Amis de Jacques Coeur : Tout ce que vous avez voulu savoir sur Charles VII, le “Petit roi de Bourges” sans oser le demander pour ne pas paraître trop stupide ... et bien les Amis de Jacques Cœur proposent une conférence ce jeudi 16 mai à l’Office de Tourisme sur ce personnage qui a régné sur la France pendant une quarantaine d’années, près de 8 quinquennats !
Marié à 19 ans, il a 13 enfants avec son épouse Marie et 3 avec Agnès Sorel, c’est lui qui “boutera les Anglais” hors de France, une sorte de Brexit avant la lettre et terminera enfin la guerre de 100 ans.
Personnage pâlot à ses début, Charles VII s’améliore au fil du temps devenant “le Victorieux” puis le “Bien servi” reprenant confiance avec Jeanne d’Arc, avant de la laisser tomber, comme il le fera avec “notre Jacques Cœur” . Créateur d’une armée moderne, avec la compagnie d’Ordonnance, il met en place l’artillerie, et ouvre la voie d’un Etat moderne pour le Moyen Age. Moins connu c’est Charles VII qui met en œuvre des réformes fiscales (et oui) et religieuses avec “ la Pragmatique Sanction de Bourges”, et c’est à Mehun-sur-Yèvre qu’il meurt, laissant le trône à ce fils qu’il détestait, Louis XI le Berruyer.

Et vous en saurez encore plus le jeudi 16 mai à 18 h, (c’est presque complet) mais il reste 40 places pour 20 h (c’est gratuit, mais s’inscrire à l’Office de Tourisme de Bourges au 02 48 23 02 60).

Les Amis de Jacques Cœur restent à votre disposition.


15 mai 2019 Nous sommes à 15 jours des élections européennes et c'est lamentable, il faudrait 5 ou 6 listes, et il y en a 33, comment vouloir être sérieux avec un tel nombre.
C'est un grand foutoir. L'Europe est malade, mais cela peut se soigner. Il faut que l'on cesse d'avoir l'unanimité sur tout, ce n'est pas possible.
Alors, il y a des sujets pour tous les pays, mais d'autres sur des sujets qui ne feront pas l'unanimité, alors nous devons avoir le courage de partir en avant, comme sur le plan économique, avec une quinzaine de pays, les autre iront plus lentement, à leur rythme, et puis la politique migratoire doit faire l'objet d'une différence entre pays ce qui est légitime, l'Europe peut avancer à 2 ou 3 vitesses. Autre sujet, la mort des deux militaires dans une opération en Afrique, ceci étant du à l'inconscience de touristes, mais tout ce que j'entends depuis 48 heures me fige dans mes convictions. Un accueil des deux inconscients par le President de la Republique, un hommage national et l'idée de donner le nom des deux militaires morts au combat à des écoles.
Je rêve en voyant cette pression médiatique, je pense qu'il fallait à ces deux jeunes gens tous les honneurs par leurs camarades de régiments, et laisser leurs familles faire leur deuil.
Cela me fait remonter à la guerre de 1914, savez vous qu'il y a eu en moyenne pendant 4 ans, 1000 oui mille soldats français tués chaque jour. Et le 22 aout 1914 il y eut 27000 soldats français morts dans cette seule journée.
Alors je m'incline devant ces deux jeunes militaires tués dans les sables de l'Afrique la semaine dernière, mais n'oublions pas d'autres jeunes gens, dont mon grand père Alfred Narboux tué le 30 octobre 1914, en même temps que son frère. Le corps d'Alfred n'a jamais été retrouvé et tout le monde " s'en fou" depuis plus d'un siècle. Mon père avait 10 mois 

. 1 er mai 2019 Le Printemps de Bourges est terminé, il ne dure que 5 jours et hormis Thiéfaine et Zazie, je ne connaissais pas grand monde, mais qu'importe, les jeunes viennent et aiment, et c'est l'essentiel. On ne peut pas être et avoir été me disait autrefois une amie. Je voudrais juste donner deux aspects très personnels, alors que je suis sur mes 75 ans ... Ce matin, une dame a sonné au portail de ma maison, je croyais à un marchand de "quelque chose", mais non, elle me dit "vous êtes bien Roland Narboux l'écrivain ?" troublé, je répondis oui, ne comprenant pas. C'était la première fois que l'on me donnait ce titre : écrivain ! Elle me dit qu'elle était heureuse de me voir, se rappelant que j'avais fait une conférence sur l'industrie à Bourges à laquelle elle avait assisté ... je me souvenais de cette conférence au Greta, il y a plus de 15 ans, et la dame ajouté : "vous avez beaucoup changé". Bing ! On s'est dit au-revoir, j'étais devenu en quelques instant un écrivain, quelle fierté, mais un vieil écrivain et ça se voyait. Cette semaine dimanche j'ai rencontré quelques personnes avec lesquelles j'étais en relation sur un groupe de Facebook intitulé " Le Vieux Bourges Plus", animé par un dénommé Laurent Jamet que je ne connaissais pas. Et j'avais participé ces derniers mois de manière modeste à ce groupe, et là j'ai trouvé des gens charmants, amoureux de leur ville de Bourges, très simples, et plein d'humilité alors qu'ils ont de grandes connaissance sur notre patrimoine. Je fus heureux de cette rencontre, cela me change de ces intégristes du patrimoine de Bourges, de ces professeurs hautains et sûrs de leur savoir. Là , j'avais des gens comme moi, cherchant à en savoir plus, mais n'étalant pas leur savoir, "de vrais gens" comme on le dit parfois.Merci à eux. 


5 Avril 2019 Premier avril passé de 5 jours, et c'est dans peu de jours , l'ouverture du Printemps de Bourges... Mais on en parle peu, comme si le Berruyer était un peu en froid avec son Printemps, qu'il reconnaît de moins en moins.
Beaucoup de rap, d'électro, de "musique actuelle" comme l'on dit et qu'il est difficile d'assimiler... Les temps changent, mais sans grande vedette un peu populaire, il y a comme un manque, et lorsque le mercredi 3 avril Patrick Bruel passe à Châteauroux au Mac 36 devant une salle archi comble de 5000 places et dit simplement " Le Printemps de Bourges ne veut pas de nous", alors je dis, "mon Printemps fois le camp " et je veux bien que ce soit un festival de découvertes d'artistes nouveaux ou en devenir, mais il faut aussi quelques pointures, trouver un équilibre et l'édition depuis quelques temps à oublié certaines constantes.
On verra ce Printemps avec Zazie, Maître Gimps et Thiefaine et quelques autres...
Autre sujet Carlos Gons qui retourne en prison au Japon, je trouve que la justice de ce pays est curieuse, incompréhensible pour nous occidentaux, cela rappelle le XV ieme siècle, qui était me semble-t-il plus humain, drôle de pratique qui ne fait pas envie d'aller visiter le pays du soleil levant. Avril, une préoccupation pour laquelle on ne peut rien : la sécheresse que le Berry et Bourges subissent. Il ne pleut pas ou presque pas depuis des mois, et si cela continue, alors ce sera une petite catastrophe.
Rien à voir, avec quelques amis, les Diseurs du Berry ont présenté une visite théâtralisée de bon niveau dans les rues de Bourges pour la Renaissance dans le cadre des 500 ans de Leonardo di Vinci, sans aucun argent public, nous faisons rêver les gens tout en apportant de la culture, même modestement, et nous ne sommes pas trop reconnus par l'intelligentsia locale faite de dogmatiques. 


1 er mars 2019 Un mois de février plein de contrastes, le temps d'abord, avec un exemple de réchauffement climatique, il a fait durant le tiers du mois, une température digne du mois de juin.
Par contre si cet air de Printemps est sympathique, il ne pleut pas et si cela se poursuit, ce sera très grave en Berry pour les nappes phréatiques. Hormis le temps beau, soleil et chaleur, c'est la poursuite de cette révolte dite des gilets jaunes, avec encore quelques défilés, mais sans débordement, cela démontre qu'entre berrichon, on respecte les autres et la ville. Nous sommes des pacifistes. Et puis voici un courrier que j'ai remis le 26 février à M le Maire de Bourges : Bourges le 26 février 2019
Les Diseurs du Berry
Roland Narboux
A M. Pascal Blanc,
Maire de BourgesMonsieur le Maire, Veuillez trouver ci-dessous quelques éléments sur les difficultés que nous avons avec les visites gratuites que nous proposons aux visiteurs et touristes de notre ville. L'alchimie interdite à Bourges Il n'est plus possible de faire visiter l'Hôtel Lallemant si le mot "alchimie " est prononcé !
Telle est la directive donnée par l'élu du Patrimoine et par la responsable du Patrimoine de la Ville de Bourges.
Tout cela parce qu'un petit professeur a écrit un livre (fort bien illustré) dans lequel il donne son interprétation des caissons de l'Hôtel Lallemant, après beaucoup d'autres depuis 3 siècles et comme il n'a rien trouvé dans les archives qu'il a consultées sur la présence des alchimistes, il a dit son mépris pour ceux qui ont une autre interprétation un peu plus ésotérique.
Ceci ne serait pas grave si cet élu n'avait pas jeté un interdit (une fatwa ?) sur tous ceux qui étudient ces 30 caissons depuis des lustres et suggèrent avec beaucoup de prudence, d'autres interprétations de ce plafond (religieuses pour certains, maçonniques pour d'autres, alchimiques pour les adeptes du Grand Oeuvre ... et nul ne sait où se situe la vérité sur ce qu'ont voulu dire les sculpteurs ou leur commanditaire).
Concrètement, j'ai récemment refusé la visite d'un groupe de chercheurs, venus de plusieurs régions de France, ils voulaient une interprétation nouvelle sur ce plafond, comme je le fais parfois depuis 40 ans ! ... Ajoutons à cela cet épisode rocambolesque :
Les Diseurs du Berry, dans le cadre des 500 ans de la Renaissance, en mars prochain voulant faire une scène d'une Visite Théâtralisée dans la cour de cet illustre Hôtel Lallemant ont été contraints de donner le texte de la scène " à la Ville ", afin d'avoir cet accord.
La réponse est venue trois semaines plus tard, par le service du patrimoine et son élu, elle fut fort heureusement positive.
Même si cette scène se déroule dans la cour d'un monument public et historique, cela ne s'appelle-t-il pas de la censure ? Comme si on demandait à un chanteur, le texte de ses chansons avant de l'autoriser à chanter au Hublot ou au Palais d'Auron.
Je crois qu'on marche sur la tête." Je vous demande de rétablir cette liberté de visite que nous avons depuis des siècles à Bourges et depuis 40 ans en ce qui me concerne.
Et je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, mes sentiments les plus respectueux. Roland Narboux


1 er février 2019 Bourges et les gilets jaunes
Bourges centre de la France le 12 janvier dernier avec 6300 gilets jaunes, et une interdiction d'entrer dans le périmètre du centre ville, alors le cortège a pris les boulevards, et quelques temps plus tard, 300 gilets jaunes casseurs qui ont cassé ce qui pouvait l'être.
Mais comment on en sort ? Pourquoi et comment :
On a désindustrialisé le pays et il n'y a plus de travail pour des tâches répétitives comme autrefois, comme la fabrication des piles thermiques à Bourges de 1950 à 1990.
Cela a donné du chômage, première plaie dont on ne se sort pas.
On peut se poser la question, n'est ce pas le plein emploi qui est l'exception à une règle qui dure depuis 2000 ans. La famille est chamboulée depuis 40 ans, sans doute 1940 puis 1968, la famille était rurale, avec le père, le fils, le grand père, et là grand mère, la femme et la fille, bref une famille large vivant dans une ferme sur 3 générations.
Et puis le travail de tous, hommes et femmes, à partir de 1914 pour les femmes dans les usines d'armement de Bourges, puis à partir des années 1950 alors que régnait le plein emploi.
Et aujourd'hui, la famille est éclatée, les vieux, appelés seniors, sont dans des Epads, les parents sont séparés, les enfants s'adaptent, mais il faut multiplier les logements, et les charges de toute sorte, pour le confort individuel de chaque élément d'un couple. Une révolution est elle possible ?
La seule chose que l'on a pas essayé, c'est le revenu universel, pas simple à mettre et oeuvre, et de toute façon je ne le verrai pas. 


15 janvier 2019 Bourges centre de la France des gilets jaunes Pour une fois Bourges se retrouve "à l'insu de son plein grès " dans la lumière des médias, avec l'acte 9 des manifestations des samedis des gilets jaunes dans notre ville.
Ça passe, comme les manifestations habituelles berruyères qui se font dans le calme et sans destruction, où ça casse comme le disent certains et comme on a pu le voir à Paris avec des images lamentables.
Car toutes ces destructions c'est tout de même nos impôts qui vont payer !
Nota : Mai 68 ce n'était pas ça .


5 janvier 2019 Que dit le Berruyer Laurent Nunez Des séditieux et des factieux, tels sont les mots justes à mon sens de Laurent NUNEZ le Berruyer, mais à partir de cela il faut agir, et chaque samedi à Paris et dans les grandes villes c'est le même scénario.
C'est désolant, c'est compliqué, c'est irrationnel .
inacceptable, rappelons qu'en 1934 le 6 février, lorsque des ligues d'extrême droite ont tenté de prendre l'Assemblée Nationale, il y a eu 15 morts parmi les manifestants.
Il est désormais à craindre qu'il se passe la même chose à Paris, et il faut louer la patience des forces de police.
La France est une démocratie, on vote pour notre maire, notre député, notre président de là République, celui qui n'est pas satisfait, il peut manifester, mais tout acte de dégradation et de casse doit conduire l'individu ou le groupe derrière les barreaux, et aux prochaines élections, voter pour d'autres personnages, avec ou sans gilet jaune.
Ces violences sont graves, et je crois qu'il n'y a plus de dialogue possible.
Que faire ? Nul ne sait, il manque un Malraux ou un Debré pour rassembler ceux qui veulent un retour à l'ordre.
La tentation de la droite de type militaire, ce n'est pas la tradition française, qui a rarement eu des colonels pour nous gouverner, ou la tentation de gauche alliée à la droite extrême, c'est un peu ce qui se passe dans certains pays d'Europe même l'Italie. Pour ma part, les séditieux et les factieux doivent être arrêtés et jugés, le Grand débat, je n'y crois pas, c'est du pipeau.
Comment s'est terminé Mai 68 ? Pompidou à beaucoup lâché aux manifestants, De Gaulle est allé à Baden Baden, s'assurer que l'armée le suivrait, et ensuite, Malraux et Debré ont rassemblé leurs troupes, enfin, le quartier latin a été bouclé, et les groupes de manifestants ont été arrêtés et emmenés au poste (j'étais alors à Paris) et tout s'est calmé avec des élections législatives.
Et si M. Macron partait : il ne le fera pas mais quel foutoir ce serait.
Il lui reste à jouer la manière forte, on applique l'article 16 ou l'Etat de siège, et on dissout l'Assemblée et on change le 1 er ministre, que l'on remplace par Xavier Bertand. 


1 er janvier 2019 Une fois les voeux d'une nouvelle année transmis, avec la santé, on passe aux choses sérieuses, à Paris comme à Bourges. Week end terrible que ces deux premiers jours de décembre, avec des images incroyables à Paris mais aussi dans de nombreuses ville, petites et moyennes.
À Bourges, c'est resté calme, comme souvent, nous sommes en Berry et relativement paisibles, mais on ne sait jamais. Samedi noir, avec une insurrection venue de casseurs, mais aussi de gilets jaunes, avec une forme de désespoir et un sentiment d'injustice.
Mais cela ne doit pas permettre la destruction de magasins, ou de ce symbole que constitue l'Arc de Triomphe. Du jamais vu et j'étais à Paris en 1968, c'était tendu, avec des barricades et des voitures en feu, mais ça en restait là.
Aujourd'hui,
Au sommet de l'Etat, ils sont intelligents, trop sans doute pour nous, mais en dehors de la réalité.
Ils n'ont pas senti que la hausse de la CSG, la taxe d'habitation qui pour beaucoup n'a pas été supprimée et à Bourges, elle a même augmenté, les 80 km/h sont des pompes a PV, et dans le Cher, il y a eu plus de morts sur les routes que l'année précédente, les PV en ville ont augmenté, et les taxes ont augmenté de partout. Et le fioul, le gaz, les carburants et demain l'électricité. Trop c'est trop. Quant à l'aspect écologique, qui nous dit que la hausse de l'essence ou du gaz O il est indispensable pour la sauver la planète . On se fiche de nous, car la France, c'est 0,7% des gaz à effet de serre alors pour sauver la planète, même si on fait des efforts, on ne représente rien, c'est du pipeau, d'autant que pour une taxe sur l'essence, ça rentre dans la grande bassine de la France. Dernière chose, la France est à la limite de l'insurrection, les parlementaires traitaient le sujet majeur de la fessée ... C'est totalement surréaliste. Nos députés En Marche du Cher : pas trop visibles, et pas entendus. La stratégie policière à Paris a été défaillante, qu'un état ne soit pas capable de maintenir l'ordre face à 5000 manifestants, alors que les forces de police, c'est 150000 policiers, et j'en oubSTLS
lie. C'est un échec et le ministre de l'intérieur semble assez nul. Même si ce ne doit pas être très simple.
Mais ne pas avoir sécurisé l'Arc de Triomphe, samedi, même moi, j'y avait pensé ! A suivre