RN_alchimie_IMG_4611

BIOGRAPHIE 

"Je suis un Berruyer d'adoption, et j'ai fait toute ma carrière professionnelle à l'Aérospatiale de Bourges (32 ans) .

Je me suis lancé dès 1989 dans l'écriture (La Bouinotte) et j'ai donné des conférences à l'Université Populaire.

Je suis l'auteur de plus de 30 ouvrages sur Bourges et le Cher les derniers étant consacrés à l'Histoire de Bourges au XXe siècle en trois volumes, aux souterrains de la cité de Jacques Coeur et un livre sur les alchimistes à Bourges ainsi que sur Les Marais de Bourges ou les livres sur les Avions ou les Missiles".

Les dates clés

- 27 novembre 1944 : naissance à Roanne (Mably dans la Loire)

- études à Roanne, Lyon, Cluny, Paris.

- Reçu en 1964 au concours d’entrée de l’Ecole d’Ingénieurs des Arts et Métiers (Cluny 64)

- mai 1968 : délégué culturel de la Cité Internationale, à Paris

- 1er juillet 1968 : ingénieur à Nord Aviation, à Bourges (futures Aérospatiale et MBDA)

- 1969-1970 : service militaire, professeur à l’ESAM de Bourges

- 1970 : ingénieur à Nord Aviation, SNIAS, Aérospatiale jusqu’en 2000.

- Responsable Laboratoires, puis de Production (Transall, Poste de Tir Roland et Hot…) puis projet Eureka PARADI, puis responsable de la qualité de l’Etablissement de Bourges.

- Animateur et journaliste à la radio Recto-Verso (de 1983 à 1995)

- Ecriture en 1989 d’articles pour la Bouinotte puis début des ouvrages.

- 1995 : élu aux élections municipales et adjoint au Tourisme à la Ville de Bourges

- 1999 : entre dans l’association des Amis de Jacques Coeur

- juin 2000 : départ à la retraite de l’Aérospatiale au poste de responsable Qualité de la Division missiles

- 2002 : adjoint au Tourisme, à l’Écologie et à l’ Urbanisme à la Ville de Bourges

- lance l’association PABB (Patrimoine Aérospatial Bourges Berry ) avec Mouchy, Catoire et Bougelot, en devient président et principal auteur des 7 livres édités.

- 2008 : adjoint au Tourisme à la Ville de Bourges

- 2014, ne se présente pas aux élections municipales tout comme Serge Lepeltier

- 2017 , création des Diseurs du Berry pour proposer dans le cadre des Amis de Jacques Cœur, des visites théâtralisées.

Biographie

Je suis Berruyer d'adoption depuis près de 50 ans, né à Mably, dans une cité ouvrière de la Loire proche de Roanne le 27 novembre 1944. Mon père travaillait à l'Arsenal de Roanne, comme ouvrier puis technicien, il est décédé à l'âge de 98 ans. Ma mère, aujourd'hui elle aussi décédée gardait la maison comme cela se faisait à l'époque. J'ai un frère, technicien d'armement, qui a 80 ans.

Après des études secondaires à Roanne, puis une année de Préparation au lycée La Martinière à Lyon, j'entre en 1964 par concours, encouragée par ma famille, à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Cluny, et j'obtiens mon diplôme d'Ingénieur des Arts et Métiers.

Immédiatement, je commence une carrière professionnelle à Bourges à l'usine d'aviation appelée alors Nord-Aviation, travaillant sur la production de l'avion C 160 Transall.

Mon service militaire à l'ESAM de Bourges terminé, je reste fidèle à cet établissement, devenu SNIAS, puis Aérospatiale, oeuvrant sur la production des ailes extrêmes de l'Avion Concorde, puis sur les missiles (Exocet, Milan, Hot et Roland).

Toute ma carrière professionnelle se déroule dans l'usine d'aviation de Bourges.

Je serais ingénieur responsable d'un laboratoire sur les avions, comme le Transall ou le Nord 262, et j'ai travaillé sur l'aile extrême de l'avion Concorde.

En 1975, je suis nommé responsable d'un programme de productions des missiles anti-aériens Roland, s'occupant plus particulièrement des installations de tir.

A partir de 1987, je suis chef du programme européen Euréka appelé Paradi, et je deviens un spécialiste de la gestion de production automatisée. Je suis dans l'équipe qui développe les ateliers flexibles de production et la gestion automatisée des ateliers de mécanique.

Je termine ma carrière comme Responsable de la Qualité de l'Etablissement de Bourges, avant que des modifications structurelles et l'arrivée d'une direction imposée par Matra m'oblige à quitter l'Etablissement.

Au cours ce cette carrière de plus de 30 ans dans le même établissement, je m'occupe de syndicalisme à la CGC, Confédération Générale des Cadres, et pendant quelques années je suis chargé de cours à l'IUT de Bourges, comme professeur de Résistance des Matériaux.

Dès 1968, j' épouse une jeune femme, Marie France, artiste peintre, nous aurons 3 enfants, Christophe, David et Aurélie. Nous formerons un couple très lié par des passions communes, l'art, l'histoire, le patrimoine et l'écriture.

Marie France participe de manière régulières à des expositions à Bourges et à Paris. Elle est aussi Présidente de l'Association des Amis de Jacques Coeur et fut un temps administratrice de la Maison de la Culture de Bourges et administrative de l'Office de Tourisme, elle est administratrice des PELS de la Caisse d'Epargne locale.

Nous aurons 3 enfants, Christophe, David et Aurélie et 8 petits-enfants, Etienne, Selma, Siméon, Paul et Mathis et son petit frère Nathan, plus les "jumeaux" chez Davis : Mila et Sacha.

Tombé amoureux de Bourges, je participe à la vie de la cité, par la Radio, devenant pendant une dizaine d'années à partir de 1984 un des "piliers" de la radio locale Recto-Verso, se spécialisant dans les débats, l'information et les problèmes de société.

A partir de 1989, tout en assurant ma vie professionnelle comme chef de département à l'Aérospatiale et qui me passionne, je commence à toucher à l'écriture.

J'écris de manière régulière des articles dans le magazine du Berry appelé La Bouinotte, traitant des sujets sur Bourges, son histoire et son patrimoine, en donnant une couleur particulière à certains thèmes environnementaux sur le canal de Berry ou les marais de Bourges. Je donne aussi de manière régulière des conférences à l'Université Populaire du Berry.

C'est en 1990 que je fais éditer un premier livre intitulé "l'histoire des avions et des Missiles à Bourges et dans le Cher, de Hanriot à l'Aérospatiale", qui devient un "classique" sur ce sujet industriel et local.

Depuis, j'ai écrit une trentaine d'ouvrages sur Bourges et le Cher les premiers, étant consacrés à l'Histoire de Bourges au XXe siècle en trois volumes et aux souterrains de la cité de Jacques Cœur.

En 1995, je suis élu maire-adjoint de Bourges, sur la liste de Serge Lepeltier, et découvre de l'intérieur la vie municipale que je connaissais alors par les archives …… Je m'occupe de Tourisme, mais m'intéresse de manière forte à bien d'autres domaines, avec une focalisation sur l'avenir des Marais de Bourges, les parcs, jardins et arbres de la ville.

En 2000, après plus de 32 ans passés dans l'usine Aérospatiale devenue MBDA, je la quitte suite à la réorganisation de l'entreprise Aérospatiale Missiles. J'étais devenu un des principaux cadres supérieurs de l'Etablissement de la rue Le Brix, responsable de la Qualité des centres de Bourges et de Châtillon d'Aérospatiale Missiles. J'obtiendrai la certification ISO 9001 pour la société, j'en serai très fier, mon dernier combat gagné dans cette usine.

Je vais éprouverer beaucoup d'amertume et un sentiment d'injustice et de gâchis, par rapport à une usine que je vénérais et défendais, mais aussi par l'énergie disponible que j'aurais pu  encore  donner.

Mon épouse m'épaulera fortement dans cette période délicate, alors qu'elle luttait contre la maladie, étant très présente dans la vie associative locale, et dans l'intérêt qu'elle porte à sa ville.

En 2001, je suis réélu sur la liste de Serge Lepeltier, et à ma délégation sur le Tourisme m'est adjoint l'Environnement. Je vais travailler et apprendre beaucoup au contact du futur ministre de l'écologie.

A partir de ce moment, je commence à me passionner pour la qualité de l'air ou de l'eau, mais aussi, resté tout de même ingénieur, il est sensible aux énergies nouvelles.

Toujours proche des techniques et technologies les plus évoluées, j'ai travaillé dans les années 1990 sur un projet Eureka dans le domaine de la gestion de production automatisée et informatisée, maniant avec une certaine habileté les ordinateurs et autres réseaux. Aussi, devenu plus disponible, je ferai d'Internet, à un niveau certes modeste, un outil de communication local. Je conçois réalise plusieurs sites Internet, le premier sur Jacques Cœur, puis met en ligne une Encyclopédie de Bourges (plus de 5000 pages à ce jour), un site touristique relatif à la Route Jacques Cœur qui a été repris par des professionnels, et enfin un site consacré au magazine La Bouinotte, lui aussi repris.

Dans mes fonctions de maire-adjoint, après la disparition brutale d'une de mes collègues Andrée Depond, l'Urbanisme m'est confié. Mais c'est vers l'Environnement que je donne le plus d'énergie. Je devient Président du syndicat intercommunal de la Vallée de l'Yèvre, puis délégué aux syndicats du canal de Berry et de la vallée de l'Auron. Au bout de quelques temps, je suis presque un "spécialiste" de la problématique du ragondin ou de la lutte contre la Jussie ou le Myriophile du Brésil.

En 2004, j'entre dans le tout nouveau bureau du SAGE Yèvre-Auron, me passionnant pour la Vallée de l'Yèvre écrivant alors un petit ouvrage sur cette belle vallée, celle des princes et des rois.

A partir de 2001, je deviens un des élus prenant en compte la qualité de l'air à Bourges et je deviens en 2004 le Président de l'Association Lig'Air, qui a pour mission de gérer les moyens et la communication de la qualité de l'Air en région Centre. Je prends ainsi la suite de Serge Lepeltier qui était Président de cette structure jusqu'à sa nomination comme Ministre de l'Ecologie.

Dans le domaine de l'écologie, avec le futur ministre tout comme avec le nouveau maire Roland Chamiot, je vais travailler sur plusieurs plans, participant à la mise en place du Contrat environnemental avec les Berruyers, prélude à l'Agenda 21.

Mais je pense que mon action sera particulièrement concrète dans des domaines aussi divers que la lutte contre le bruit des mobylettes à pots trafiqués, la mise en place de parcelles et de zones LPO, la mise en œuvre d'une méthodologie HQE dans le cadre du renouvellement urbain, la lutte contre les tags, et l'aide de la ville lors de l'acquisition de chauffe aux solaires individuels. Enfin, je travaille, bien modestement à la diminution des gaz à effet de serre lors de la réfection du système collectif de chaufferie urbaine de la ville.

La passion sous toutes ses formes, la fidélité et la curiosité de tout, peuvent me caractériser, sans omettre un caractère parfois ombrageux. Avec mon épouse, nos enfants étant "installés", je peux ainsi faire mon jardin, particulièrement vaste, mais aussi me costumer avec les Amis de Jacques Cœur que mon épouse gère comme Présidente, lors de Nuits Lumière exceptionnelles, et ensembles nous profitons de nos petits-enfants….. tout en songeant au prochain Conseil Municipal où j'aurais à défendre les liaison douces et vertes demandées par les Berruyers.

Lorsqu'il me reste des loisirs, c'est la lecture et le cinéma……….

A Bourges, je participe à la vie de la cité, par la Radio (Recto-Verso), j'anime l'antenne les samedis matins, et réalise des émissions à caractère politique comme Opinion avec Claude Forget, directeur de cette radio.

je m'occupe dès 1989 d'écriture (La Bouinotte) et je donne des conférences à l'Université Populaire. J'ai écrit une trentaine d'ouvrages sur Bourges et le Cher les premiers étant consacrés à l'Histoire de Bourges au XXe siècle en trois volumes et aux souterrains de la cité de Jacques Cœur, aux alchimistes.

Le 22 octobre 2005, je reçois l'Ordre National du Mérite, des mains de M. Serge Lepeltier.

J'ai finalement réalisé 3 sites Internet, le premier sur Jacques Cœur, le second est une Encyclopédie de Bourges ((000 pages à ce jour, et c'est gratuit) et le dernier sur Bourges-info.

J' appartiens à une société de pensée de Bourges axé sur la laïcité, et j'ai fait partie dans les années 1980 d'un mouvement de réflexion, appelé Bourges-Démocratie.

En 1995, appelé par Serge Lepeltier dans son équipe, je suis élu maire-adjoint de Bourges, et je m'occupe de Tourisme. Après les élections de 2001, j'ajoute l'Environnement et quelques mois plus tard, l'Urbanisme, alors que se dessine le projet de Renouvellement Urbain de la cité de Jacques Coeur.

Je suis réélu en 2008 pour un troisième mandat m'occupant alors de l'écologie, du développement durable mais aussi de la chaufferie urbaine.

Au total, j'aurai ainsi fait 3 mandats sur 19 ans. de 1995 à 2014.

Maintenant, vous savez tout !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ARTICLE de Maryline Prévost pour les LES NOUVELLES DE BOURGES – ETE 2019

Roland Narboux, passeur d’histoire locale

Qui ne connaît pas Roland Narboux ? Cet ancien ingénieur de l’Aérospatiale a fait de Bourges et de l’aéronautique, ses deux sujets d’écriture. Rencontre avec un auteur qui se définit avant tout, comme « un vulgarisateur de l’histoire locale ».

L’aveu relèverait presque de la boutade. « Je ne parle que de Bourges car c’est la ville que je connais, d’ailleurs dès que je passe « les frontières », je me sens perdu !». Depuis 1989 et ses premiers écrits, Roland Narboux a creusé son sujet. Né à Roanne, rien ne prédestinait l’auteur local à écrire sur la cité berruyère et l’aéronautique. « Le jeune diplômé de l'École Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Cluny que je suis découvre Bourges par la voie professionnelle, se souvient Roland Narboux, puisque je suis recruté comme ingénieur le 1er juillet 1968 à Nord Aviation, la société qui deviendra l’Aérospatiale puis MBDA et avant, j’avais du venir juste une fois à Bourges. » Il travaillera jusqu’en juin 2000 dans l’entreprise d’armement, date à laquelle le responsable Qualité de la Division missiles fait valoir après trente-deux en poste, ses droits à le retraite.

De la passion pour l’histoire locale à la plume

Mais comment donc est née cette passion pour Bourges ? « Tout d’abord, j’y ai rencontré celle qui est toujours ma femme aujourd’hui, Marie-France, et tous les deux, nous avons eu un véritable coup de foudre pour la ville, la preuve, nous ne l’avons jamais quittée malgré les options professionnelles qui s’offraient à moi au sein du groupe, pour nous, cette ville présentait un patrimoine historique et architectural exceptionnel ! » En amateur – celui qui aime - passionné, Roland Narboux va au gré de ses découvertes et de ses rencontres, nourrir sa curiosité

pour l’Histoire de Bourges… sans oublier, bien sûr, l’aéronautique. Et c’est naturellement qu’il décide de se mettre à l’écriture, poussé par l’envie d’apprendre et de transmettre. « En fait, je me suis rendu compte qu’à de rares exceptions près, peu de choses avaient été écrites sur Bourges, aussi j’ai profité de mes propres sujets d’intérêts pour lever le voile sur certains événements, personnages ou lieu et apporter ma modeste contribution par l’écrit. »

Sur son bureau, toujours « deux ou trois » livres sur le feu

Le premier livre « De Hanriot à L'Aérospatiale » date de 1989 et le dernier « Les Grandes énigmes de Bourges et du Berry » de quelques semaines.Soit au total, une trentaine d’ouvrages publiés à La Bouinotte, aux éditions Bernard-Royer, Alan-Sutton ou encore à compte d’auteur ou via le collectif PABB (Patrimoine Aérospatial Bourges Berry). Entre les pages, Bourges de 1970 à 2001, les sculptures, les marais, l’Abbaye de Saint-Ambroix, le cimetière des Capucins de Bourges… mais aussi, l'Aérospatiale de 1928 à 1996 ou encore Marcel Haegelen, pilote à Bourges et héros de l'aviation. Côté inspiration, depuis les débuts, elle est immuable… « Le thème d’un livre peut naître au détour d’une conversation, d’une visite d’un site ou à la suite de recherches pour un autre sujet… chacun de mes titres fait l’objet en amont d’un important travail de collecte d’informations et d’archives, comme dernièrement à la bibliothèque des Quatre Piliers, pour un projet réalisé autour des 100 ans de la Foire de Bourges. » Sur son bureau, Roland Narboux a toujours « deux ou trois » livres sur le feu, les prochains s’intitulant « L’histoire de Bourges de 1500 à nos jours » et « Bourges sous la botte allemande ». Côté méthode, là encore, l’homme reste fidèle à ses principes. « Quand j’ai mon sujet en tête, je m’y consacre totalement, entre les recherches et l’écriture cela peut me prendre six mois, un an, voire plus en fonction de la thématique… et après, je peux rester des semaines à ne pas me mettre à la table. » Depuis ses premières lignes, l’auteur aura quand même produit en moyenne, un livre pas an. Une « œuvre » personnelle qu’il aborde sans prétention. « Ce que je veux avant tout à travers ces quelques ouvrages, c’est transmettre un peu de mon savoir et permettre au plus grand nombre d’accéder au patrimoine et à l’histoire locale. » Aussi, le vulgarisateur n’hésite-t-il pas parfois à agrémenter son propos d’épisodes épiques, de mystères et d’anecdotes. Ce petit plus qui donne chair au récit.

Les dates clés

- 27 novembre 1944 : naissance à Roanne (Loire)

- mai 1968 : délégué culturel de la Cité Internationale, à Paris

- 1er juillet 1968 : ingénieur à Nord Aviation, à Bourges (futures Aérospatiale et MBDA)

- 1969-1970 : service militaire, professeur à l’ESAM de Bourges

- 1995 : adjoint au Tourisme à la Ville de Bourges

- juin 2000 : départ à la retraite de l’Aérospatiale au poste de responsable Qualité de la Division missiles

- 2002 : adjoint au Tourisme, à l’Écologie et à l’ Urbanisme à la Ville de Bourges

- 2008 : adjoint au Tourisme à la Ville de Bourges

FIN DE L’ARTICLE